Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 11: parser error : Opening and ending tag mismatch: link line 10 and head in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </head> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 19: parser error : Opening and ending tag mismatch: img line 19 and a in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: class="bird" src="https://abs.twimg.com/errors/logo23x19.png" alt="Twitter"></a in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 20: parser error : Opening and ending tag mismatch: a line 19 and li in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </li> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 21: parser error : Opening and ending tag mismatch: li line 18 and ul in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </ul> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 24: parser error : Entity 'rarr' not defined in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: <li><a href="https://twitter.com" id="homeLink">Home &rarr;</a>< in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 27: parser error : Opening and ending tag mismatch: ul line 17 and div in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </div> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 39: parser error : Opening and ending tag mismatch: input line 38 and form in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </form> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 132: parser error : Entity 'copy' not defined in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: <li class="first" dir="ltr">&copy; Twitter <span id="copyright-year" in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 138: parser error : Opening and ending tag mismatch: input line 37 and div in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </div> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 139: parser error : Opening and ending tag mismatch: form line 36 and div in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </div> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 141: parser error : Opening and ending tag mismatch: div line 32 and body in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </body> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 142: parser error : Opening and ending tag mismatch: div line 31 and html in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: </html> in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag div line 13 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag body line 12 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag link line 9 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag meta line 7 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag meta line 6 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag meta line 5 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag meta line 4 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag head line 3 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: Entity: line 143: parser error : Premature end of data in tag html line 2 in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91

Warning: SimpleXMLElement::__construct() [simplexmlelement.--construct]: ^ in /home/stevenda/www/home/wp-content/themes/thalliumity/includes/class-twitter.php on line 91
BIOGRAPHIE « STEVEN DAULIACH // Official Website

Skip to content

Social Network Badges

BIOGRAPHIE

QUAND TOUT A COMMENCÉ…

Estelle et Denis, les parents de Steven, l’initient au jetski après l’achat d’un kawasaki 550, pour les week ends en famille, dans les années début 1990. Ils avaient découvert ce sport lors d’un voyage aux USA.

Au plan d’eau où ils naviguaient, il y avait des pilotes qui participaient aux championnat de France. En voyant Steven naviguer de temps en temps, lors d’une discussion, l’un d’eux dit à Denis que Steven avait un bon niveau et qu’il pourrait essayer de faire une course.

 

 

 

LA PREMIÈRE COMPÉTITION…

En 1995, les parents de Steven décident d’inscrire Steven à la première manche du championnat de France à Valras en 1995. Pour avoir un jetski compétitif, Ils leur a été conseillé de se procurer un Yamaha FX1… Ce n’est qu’en arrivant sur le site de la course qu’ils se sont aperçu qu’ils étaient les seuls a avoir ce jetski, et donc que ce n’était probablement pas la machine la plus adaptée pour la course… Tanpis.

C’était la première fois que Steven naviguait en mer, et ce week-end là, elle était déchaînée. Mais après toute cette route, il n’était pas question de faire marche arrière. Denis inscrit alors Steven en SKI STOCK parmi les 30 pilotes, et s’aligne avec son FX1 muni de sa combinaison Rose et Jaune appartenant à sa mère Estelle. D’ailleurs, dans cette catégorie, s’aligne Nathalie Poret, la mère de Mickaël, Jérémy et Morgan, qui seront, 13 ans plus tard, eux aussi, des adversaires.

 

Premier coup de théâtre, Steven se qualifie. Il est très content, ses parents aussi, au moins, ils ne sont pas venu pour rien.
Deuxième coup de théâtre, Steven gagne la première manche, puis la deuxième et la finale !

Tout le monde, pilotes et spectateurs sont bluffés. En effet, tout d’abord, après avoir rit de la machine avec laquelle s’alignait Steven, de son style très débutant de part la combinaison, mais aussi, de le voir arriver du nord de la France, que personne n’avait encore jamais vu, et le voir gagner les 3 manches si facilement dans une mer déchaînée… Et avec ce fameux FX1 !!

Pensant juste passer un week-end en famille dans le sud, sans prétendre a aucun résultat, ni même se qualifier, ils se retrouvent en tête du championnat en stock, et décident alors de continuer. Selon les dires des pilotes qui ont été présent ce jour là, cette course sera le reflet de la carrière de Steven.

Au final, Steven a participé à tout le championnat avec ses parents, avec le même jet qui servait pour toute la famille.

Steven remporte alors 7 épreuves sur 8, qui composent le championnat de France,son plus mauvais résultat est 2e.

Il devient Champion de France en SKI STOCK, pour sa première année de compétition, au guidon d’un Yamaha FX1.

 

« Mes parents et moi n’aurions jamais imaginé gagner la première course, ni même un titre national, c’était inimaginable, et pourtant, j’ai réussi. »

 

ANECDOTE FINALE CHAMPIONNAT DE FRANCE

« J’avais remporté toutes les courses de la finale du championnat de France avec le FX1 de mes parents. Étant donné qu’il paraissait impossible aux yeux des concurrents de pouvoir gagner avec cette machine inconduisible, certains pilotes qui jouaient le titre derrière moi ont portés réclamation contre moi, pour Jetski non conforme. Selon eux, il serait beaucoup rapide par rapport à leurs machines.

Le contrôleur démonte le moteur, et s’aperçoit que mon jet est en sous compression. Il avait tellement servis entre les week ends de course et les week ends en famille, la segmentation était très usée, et le jet avait très peu de compression et donc, il marchait beaucoup moins bien que ce qu’il devrait. Ce fut un moment désagréable pour mes parents et moi de savoir que l’on pensait que nous trichions, mais la revanche était, on ne pouvait mieux : il marchait pas.

Depuis cette date, on a souvent porté réclamation contre moi, tandis que de mon côté, je ne l’ai jamais fait, JAMAIS. Malgré le nombre de fois ou les pilotes ont voulu me faire disqualifier, je l’ai été de façon très injuste (bouée manquée, saut de pneu et décisions de courses discutables), mais on ne m’a jamais pris en train de tricher pour moteur trafiqué, d’ailleurs, à ce jour, en 2012, personne ne peut dire sans mentir qu’il m’a vu tricher que ce soit sur l’eau ou ailleurs… J’ai loupé de nombreux titres pour des réclamations mensongères sans rien dire mais j’ai toujours pris mes revanches sur l’eau. Ils se reconnaîtront. »

 

ANECDOTE VICHY 1995

« Durant ma première année de compétition, Yamaha France m’avait approché pour discuter d’un éventuel partenariat pour la saison suivante en championnat de France. C’est sûr, j’étais l’un de leur premier client pour le FX1 et apparemment le seul a le faire gagner en championnat de France.

Durant la première saison, sous les conseils d’un ami de mon père , on participe à la finale du championnat d’Europe à Vichy en F1, car il n’y avait pas de catégorie Stock et on ne pouvait me prêter qu’un moteur F1 pour mon fameux FX1.

Je suis alors le plus jeune de tous les pilotes, j’avais 14 ans.

A l’époque, il y avait les qualifications, car 40 pilotes inscrits. Je me qualifie 4e devant Pascal Barriac qui jouait le top 3 du championnat en F1. Mes parents sont plus que surpris, et les pilotes pro aussi d’ailleurs.

La première manche, je pars 3e et pendant toute la manche je me bat pour la 2e place. A 2 ou 3 tour de la fin je tombe dans la ligne droite, je ne tenais plus la machine, c’était trop physique. C’était tout de même assez fou, à mon âge, avec ce FX1, que j’arrive a me battre avec les meilleurs Européens en tête.

Les 2 dernières manches, j’étais trop fatigué, j’avais tout donné a la première manche, je ne me bats plus devant. « 

 

DEUXIÈME ANNÉE DE COMPÉTITION, DÉJÀ PILOTE YAMAHA FRANCE…

1996, alors âgé de 15 ans, il devient pilote officiel Yamaha France, et par ailleurs l’un des plus jeunes.

Il n’a pas fait une belle saison en Limited en raison de nombreuses pannes mécaniques car c’était l’année de sortie du Superjet 700. Mais lorsque la machine fonctionnait, il gagnait. Yamaha était alors très satisfait de Steven et a reconduit le contrat l’année suivante mais cette fois-ci en pro, avec le support de Jet7 performances, le plus gros concessionnaire de Jetski en Europe.

 

« A PARTIR DE CE JOUR, JE M’ALIGNERAI QU’EN PROSKI… »

En 1997, 16 ans, toujours pilote Yamaha et Jet7, il débute dès sa 3e année de compétition, sa première saison chez les pros aux côtés des pilotes tels que Pascal Barriac, Jérome Boyadjan, Nicolas Barolet, Didier Boisson…

A partir de cette année, Steven ne participera aux course uniquement dans la catégorie Pro (F1). De ce fait, tous les titres qu’ils remportera, mis à part son premier (champion de France) seront en Pro.

L’objectif visé était d’essayer d’être le plus proche du top 3 en Championnat de France. Steven remporte la 2e place au général et devient ainsi Vice champion de France en Pro.

 

17 ANS, PREMIER TITRE CHEZ LES PROS…


En 1998, toujours pilote Yamaha Jet7, l’objectif est de remporter le titre national, et de participer à quelques courses du championnat d’Europe.

Il remporte le titre de champion de France en Pro, toujours avec le Superjet, et fait des podiums en Europe.

Steven participe également pour la première fois aux World Finals à Lake Havasu City (USA), en pro pour se battre avec les meilleurs. Il aurait pu jouer un titre dans une catégorie intermédiaire, mais pour lui, gagner signifie être le meilleur des meilleurs et gagner un titre intermédiaire en mondial ne signifiait absolument rien.

Il termine 9e sur 50 au classement, parmi les légendes du Jetski Mondial. Yamaha et Jet7 sont très fier.

« J’avais 17 ans, je voyais enfin mes idoles en vrai, je ne représentais rien pour eux, j’allais demander des autographes à Mac, Sheldon, Jacobs… et je voulais aussi plus que tout me battre avec eux, même si je savais que je n’avais pas mes chances. Je voulais vivre une expérience inoubliable. « 

 

En 1999, les objectifs restent les mêmes, et Steven remporte le Championnat de France et le championnat d’Europe en Pro.

 

 

19 ANS, SUR LE PODIUM AVEC LES LÉGENDES

En 2000, Steven participe à l’Open international de Bercy, aux côtés de ses idoles, les légendes : Sheldon, Jacobs, Rius, Macclugage…

Il se bat, il fait une superbe démonstration de pilotage aux milieu des pros.
Il ira jusqu’en finale, et termine 3e. Il monte alors sur le podium aux côtés de Nicolas Rius. Yamaha est plus que ravi de le voir avec les plus grands noms du Jetski International.

Il remporte une fois de plus le titre de champion de France pro et vice champion d’Europe à cause d’un problème mécanique.

Yamaha est très content de Steven puisque, lorsque la machine fonctionne, il remporte toutes les manches.

 

 

ANECDOTE RENCONTRE AVEC JEFF JACOBS

« C’est en allant naviguer en jetski avec mes parents en Floride, pendant les vacances, que j’ai approché le légendaire Jeff Jacobs. Un pilote qui parle très peu, et très discret. Je naviguais avec quelques pilotes déjà Pro (Motz pour n’en citer qu’un). Jacobs avait été , d’après ce que l’on m’a dit plus tard, impressionné car je tenais le rythme avec les pilotes pro, avec ma petite machine préparation maison. C’est alors qu’il a appelé le Team Kawasaki USA et leur a dit: « Si vous voulez remporter des victoires en pro, vous devez engager le jeune Dauliach. » Je l’ai su bien plus tard, par les responsables de chez Kawasaki USA ».

 

LE DÉPART AUX USA…

C’est en 2001, a peine âgé de 20 ans, que Steven annonce à ses parents qu’il souhaite arrêter l’école, quelques mois avant de passer le Baccalauréat, et de partir tenter sa chance aux Etats Unis. En effet, il remporte facilement toutes les courses en pro en Europe et il faut désormais aller plus loin, battre les meilleurs, qui sont tous aux Etats Unis.
Là bà, le sport y est très reconnu et le niveau particulièrement très élevé. Les plus beaux team s’y trouvent, et le Jetski est un véritable business très lucratif.

La réponse a été NON.

Ses parents ont réfléchi en silence, en se disant que leur fils était doué dans son sport, et que c’était peut-être finalement sa voie. Car il faut savoir qu’à cette époque, les meilleurs pilotes vivaient de leur passion et c’était un métier à part entière. Estelle et Denis en étaient conscients.

Après quelques jours, ils annoncent à Steven qu’ils acceptent, et qu’ils l’aideront un an pour qu’il puisse mettre le pied à l’étrier, mais qu’il devra ensuite, se débrouiller par ses propres moyens.

  1. « J’étais très heureux, super motivé, enfin j’allais pouvoir me battre plus régulièrement avec les meilleurs. J’y allais comme une expérience, je ne pensais pas à ce moment là, y rester longtemps. Intégrer une structure professionnelle américaine était mon rêve, mais je pensais que ça resterai un rêve, vu le niveau des américains, et que je rentrerai bientôt à la maison. Au final, j’y reste 5 ans. »

Il ne parle pas anglais et ne peut partir tout seul. Ses parents ne peuvent pas le suivre à cause de leur travail.

Ils contactent Pascal Barriac, qui avait arrêté sa carrière de pilote et lui proposent de suivre Steven et de s’occuper de lui aux USA.

 

 

LA PREMIÈRE SAISON AUX ÉTATS UNIS…


Yamaha France et Jet7 performances acceptent de suivre Steven dans ce projet.

Steven et Pascal partent habiter aux États Unis. Ils louent un Motor home Américain les 6 premiers mois pour suivre le championnat des US en pro.

En Avril 2001, dès la première course, Steven se fait repéré par Yamaha USA de part ses performances remarquables. En effet, avec le peu de moyens disponibles, Steven parvient à se battre avec les pilotes usines en pro tels que Motzouris, Sheldon, Jacob, Rius, Mac… et monter sur les podiums à leurs côtés. C’était improbable selon eux.

 

Dès la mi-saison, Steven obtient d’importantes aides de la part de Yamaha USA. Steven est alors très content d’annoncer la nouvelle à ses parents qui sont fiers de lui.

 

Avant les championnats du monde d’Havasu, il signe un contrat avec Yamaha USA pour les Worlds Finals, sous l’aide mécanique de RnD avec Bill Chaplin. C’est LE boss qui fait gagner les pointures du Jet américain. Yamaha lui fournit 2 machines de course pour pouvoir être compétitif.

 

« Ca y est, après seulement quelques mois aux USA, je deviens pilote usine pro chez Yamaha. »

C’était un gros challenge puisque dans le contrat pour Havasu, il y avait une option pour la saison 2002 en fonction des résultats obtenu aux World Finals, ce qui était très motivant pour Steven.

 

 

 

 

 

 

LE JOUR OU KAWASAKI USA FACTORY APPROCHE STEVEN…

 

Juste avant la course d’Havasu 2001, pour laquelle il avait signé avec Yamaha, c’est au tour du prestigieux Team Kawasaki Factory USA de venir solliciter Steven Dauliach avec un contrat de 2 ans en tant que pilote usine dans leur team après Havasu.

Durant ces World Finals (Havasu 2001), Steven manque de faire le podium suite à un pot d’échappement qui s’est déboité sur le saut de pneu.

« Qu’est ce que j’étais déçu de cette panne mécanique… Mais je me souviendrai toujours, le lendemain de la course des worlds finals, j’ai mis mon premier polo Kawaski et essayé les machines de course. Ca y est, je venais de réaliser mon rêve, mes coéquipiers étaient désormais Chris Macclugage, Dustin Motzouris et Dustin Farthing…wow »

Ils étaient contents d’avoir un nouveau pilote dans le championnat. C’était assez surprenant d’avoir un français au sein d’un team Américain, mais quel team, c’était LE team des meilleurs, celui dont tous les pilotes pro rêvaient.

« J’avais prouvé que sans problèmes mécaniques, et sans avoir le meilleur jetski, je pouvais jouer le podium. C’était à moi de jouer. Je n’étais pas le pilote numéro 1 évidemment au sein du team, je devais faire mes preuves. »

 

 

 

PREMIÈRE SAISON CHEZ KAWASAKI USA FACTORY


La saison 2002 débute par l’open de Bercy avec Kawsaki USA. Très content de revenir en France, voir ses parents, avec son nouveau statut de pilote Kawasaki USA. Sa mission était accomplie et il leur prouvait bien.

La course débute très bien, il se qualifie à toutes les manches. Le public soutient alors le nouveau Français, mais sans croire à une possible victoire. Quand bien même il avait fait le spectacle en montant sur le podium en Pro l’année passée, le public misait plutôt sur une pointure américaine.

Mais pourtant, durant la finale, il est en tête. L’ambiance monte d’un cran et les supporters Français sont derrière Steven.
Mais, comme toujours, alors en tête de la finale, et sur le point de remporter Bercy, il casse un clapet et ne peut finir la course…

Pour une première chez Kawasaki, l’impression était plus que bonne.

« J’avais rempli mon contrat pilote, la mécanique n’était plus de son ressort. Je me souviens de Mac qui est venu me voir et m’a dit : bientôt, tu seras champion du monde… »

Steven est très vite apprécié par le team et ses membres par son calme et son implication dans le travail de développement. D’ailleurs, ils en parlent encore aujourd’hui…

Retour aux USA pour la saison. Steven fait d’excellents résultats au championnat américain et termine 3e derrière ses 2 coéquipiers Mac et Motzouris. Kawasaki est plus que ravi, un podium 100% vert.

Les courses étaient magiques, seul le pilotage jouait. Les jetski étaient peu stables, et il fallait avoir une condition physique très poussée pour prétendre se battre devant, il y avait beaucoup de bagarre.

 

 

EN ROUTE VERS LE TITRE MONDIAL


Tous les pilotes préparent les championnats du monde à Havasu, les World Finals 2002.
Steven a fait de superbes courses et joue le titre en pro.
Alors en tête de la finale, dans le dernier tour, il assure son pilotage et sait qu’il est sur le point de réaliser son rêve. Alors que beaucoup lui donnent déjà le titre, il casse la batterie de sa machine… Il perd le titre à quelques mètres de l’arrivée…

« Quelle déception, j’étais à quelques pas de remporter le titre de champion du monde en pro, devant mes idoles… mais c’est le jeu, je commence à avoir l’habitude de cette poisse… j’attendrais l’année suivante. »

Kawasaki était déçu, et réalise que la perle sur laquelle ils avaient misé était la bonne. Ils décident de renforcer leurs efforts mécaniques pour ses machines.

 

 

 

 

2003, DAULIACH ENTRE DANS LA LÉGENDE


Alors qu’il avait déjà marqué les esprits depuis qu’il a 14 ans au milieu des pros, l’année 2003 était désormais la sienne.
Toujours sur un SXI Pro factory, Steven démarre très fort la saison.

En effet, il remporte Bercy en pro, devant MacClugage. Un premier sacre très significatif, puisqu’il gagne « a la maison », avec le team Kawasaki USA, après tant de courses à être passé à côté.

« Cette course a été un déclic considérable, je savais maintenant que je pourrais les battre. »

Kawasaki a alors procuré à Steven le nouveau 800 SXR, qu’il a développé en collaboration avec son team et ses coéquipiers.

Steven termine 3e du championnat américain avec de nombreuses victoires.

« Le championnat américain est mon meilleur souvenir, pour l’ambiance, de côtoyer les meilleurs, de passer des soirées inoubliables tous ensemble… ».

 

 

Cette année là, il remporte un championnat en ayant loupé une épreuve. En effet, Steven gagne le titre Européen, en ayant remporté toutes les courses sauf la première, ou le team n’a pas pu de déplacer.

Cette fois, c’est l’heure, les World Finals arrivent. Prêt comme jamais, il compte bien remporter ce titre.
Il rate tous ses départs, mais parvient, comme à son habitude à remonter la file pour prendre la tête 3 fois de suite.
Il gagne enfin cette course si difficile, où tous les pilotes du monde entier se préparent un an pour montrer aux yeux du monde, qui est le meilleur. Il est pour la première fois, champion du monde en Pro.

 

« Havasu en pro, c’est la course de l’année, où l’on sait qui est le meilleur du monde. Car tout le monde est là, on n’a pas le droit à l’erreur. Tandis que sur un championnat, on peut gagner le titre sans jamais avoir remporté une course, de part les aléas des concurrents, ceci est plus rare à Havasu. »

Steven gagne également la nuit Internationale du Maroc.

Les victoires deviennent régulières, il entre dans le cercle fermé des pilotes de renoms. Il est très apprécié du public américain qui l’adopte rapidement, visible depuis les tribunes avec des drapeaux à son effigie.

 

 

 

 

 

2004, DAULIACH CONFIRME


« Ce n’est pas parceque l’on gagne un titre, ou une course, qu’on est le meilleur pilote. Être le meilleur pilote est synonyme de régularité, c’est a dire qu’on doit pouvoir gagner tout le temps. En conclusion, gagner, c’est dur, confirmer c’est très difficile, sauf si on est le meilleur. « 

C’est en 2004 qu’il confirme sa suprématie en pro puisqu’il remporte une seconde fois consécutive le championnat d’Europe devant Macclugage et Rius.

Il remporte également, une fois de plus, la nuit Internationale du Maroc.

Mais le plus dur reste à faire, il faut confirmer le titre mondial à Havasu.

Toutes les pointures sont encore là, mais il est prêt.
Steven parvient à montrer aux pilotes qu’il est le meilleur et remporte une fois de plus le titre de champion du monde en Pro ski.

Kawasaki est aux anges, Steven aussi, ainsi que tous ceux qui l’entourent.

Encore une très belle saison pour Steven.

Le team se déplace aussi en France, ou Steven gagne le championnat national, mais aussi en Thaïlande pour la King’s Cup qu’il remporte haut la main, et enfin en Russie ou il empoche encore une belle victoire devant des milliers de spectateurs.

C’est officiel et indiscutable, Steven devient le meilleur pilote mondial. Cette année 2003, il a tout gagné.

« C’est une joie immense de gagner, mais le plus difficile est de confirmer avec des victoires consécutives, et c’est ce que j’ai réussi a faire en battant les légendes du Jetski. C’est incroyable de savoir qu’il y a quelques années, je faisais la queue pour un autographe, et aujourd’hui je les bats. »

 

 

 

 

 

 

LE RETOUR EN FRANCE

En 2005, Kawasaki USA se retire doucement du jetski professionnel depuis que Mac part et Steven revient vivre en Europe. Steven devient pilote officiel Kawasaki USA et Europe. Il est une nouvelle fois sacré Champion d’Europe en pro, il remporte le championnat du monde de Jet Offshore à Oléron, qui était très en vogue à cette période et avait attiré beaucoup de participants en Bras. A Havasu, il devient vice champion du monde derrière Motzouris, et devant Mac. Encore une histoire de panne…

 

En 2006, Steven remporte le championnat du monde Indoor en Belgique, termine 2d du championnat d’Europe derrière Nicolas Rius. Cette année là, à Havasu, Steven se fait percuter par le Vétéran Canadien Klipperstein et le blesse au genoux, ce qui oblige Steven a abandonner pour la première fois et le met en convalescence pour plusieurs mois.

 

L’année 2007 ne fait pas partie des meilleures. Il décide, par sa propre volonté, de quitter le team Kawasaki Europe. L’économie mondiale est la raison pour laquelle le sport ne se porte pas très bien et il semblait être le moment de quitter Pascal Barriac, qui était devenu manager chez Kawasaki France. Il termine la saison vice champion d’Europe avec TBM, toujours en raison d’un soucis mécanique en Belgique qui lui a coûté le titre.

Toujours en course pour le titre mondial à Havasu avec ses nouveaux partenaires TBM (Kawasaki USA ne l’ayant pas pour autant abandonné), il est victime d’une chute, qui le privera d’une victoire. Il crée Dauliach Jetski School et ses affaires démarrent très bien.

L’apparition de la catégorie GP : Cette année à Havasu, ils avaient ajouté pour la première fois, la catégorie GP, une catégorie amateur, dans laquelle les pilotes tous niveau débutant, amateur et semi pro, pouvaient venir tester leur préparations les plus extrêmes. Cette catégorie a été très mal acceptée des constructeurs et l’est toujours. En effet, leur image pouvait être dégradée, et ils n’autorisaient pas leur pilotes officiels à y participer. Pourtant Tim Bushman avait préparé un Jetski GP pour Steven, avec ses préparations spéciales (Double Pot d’échappement et double échappement). Mais au vu des 5 pilotes sur la grille, Steven a refusé, au plus grand plaisir de Kawasaki USA.

« J’ai toujours dis que gagner signifiait être le meilleur, le meilleur des meilleurs. Je ne voulais pas être dans une catégorie sans concurrence, je n’ai jamais joué à cette course aux titres. Tous mes titres sont et seront toujours en ProSki, la catégorie reine. On m’a offert ce privilège, c’était mon rêve, j’y tiens. »

 

DUBAÏ JETSKI RACING


En 2008, alors qu’il songe peut-être à arrêter les compétitions, il se fait approcher par un Émirat, qui souhaite que Steven entraîne un junior à Dubaï. Il s’agit d’Almur Bin Huraiz.

Dès lors, ils s’entendent très bien, créent le Team Dubaï Jetski Racing.

Steven participe donc pour la première fois au championnat des Emirats Arabes Unis et remporte ce titre.

Kawasaki USA décide de signer un contrat avec Steven pour Havasu. Alors que Steven est sur le point de remporter le titre, lors de la dernière manche, le lac est déchaîné, le jetski prend l’eau, et Steven navigue sa dernière manche sur seulement un cylindre. Le jetski ne marche pas bien du tout, mais les conditions du plan d’eau font appel à un pilotage plus technique. A la dernière bouée, la dernière, alors que sa place lui fait gagner le titre… il enfourne, et se fait passer, et perd le titre a 2 mètres de l’arrivée. Une situation que Steven connaît très bien, mais cela ne l’empêche pas d’être très déçu.

 

 

En 2009, il poursuit avec le team Dubai Jetski Racing.

Le team participe au championnat d’Europe que Steven remporte de loin, face à son nouveau concurrent de taille, le talentueux Autrichien Kevin Reiterer.

Steven gagne aussi la King’s Cup en Thaïlande, mais aussi le championnat du monde UIM devant Franky Zapata et Mickael Poret, en ayant remporté toutes les courses du championnat.

Steven connaît, une fois de plus, une malchance à Havasu la même année. Alors en tête au général, la course ayant été retardée, la dernière manche se déroule au coucher du soleil. Tandis que Steven et Kevin Reiterer s’échappent tous les deux en tête de course à un demi tour du 3e, Steven alors en tête avec suffisamment d’avance, est ébloui par le soleil, et s’arrête après un virage pour chercher la bouée suivante. Kevin, alors très professionnel, après avoir participé à plusieurs catégories, connaît parfaitement le circuit et passe Steven pour lui indiquer le chemin mais aussi prendre le titre de champion du monde en proski. La règle peut paraître injuste à Havasu, mais il n’y a que 2 manches, Steven gagne la première devant Kevin, et Kevin gagne la dernière devant Steven, c’est alors le dernier qui gagne qui remporte le titre. Même si Steven a remporté les qualifications qui se déroulent comme une manche, la règle est la même.

Almur, alors entraîné par Steven depuis seulement un an, remporte le titre de champion du monde en Junior, et fait la fierté de son coach.

 

En 2010, Steven participe uniquement au championnat des Emirats Arabes Unis qu’il remporte.

 

 

 

XBJ RACING TEAM : DAULIACH GAGNE TOUT

Tandis que Dauliach Jetski School bat son plein, l’année 2011, Steven intègre le Team XBJ Racing, situé à Dubaï. Il y entraîne un nouveau jeune pilote emiratis : Omar Abdulla al Rashid.

Le Team lui prépare une machine très compétitive, mais c’est surtout l’ambiance extraordinaire qui règne au sein du team qui en fera son succès et redonne envie à Steven de se préparer « comme avant », c’est à dire, comme un pro.

Steven se lie d’amitié avec le manager et son junior Omar, qui va rapidement devenir son coéquipier en pro, de part d’entraînements intenses avec Steven.

Steven gagne une nouvelle fois le titre de champion des Emirats Arabes Unis.

Ne participant qu’aux courses internationales prestigieuses, le team se déplace à Havasu.

Steven tente de se préparer au mieux, mais son jetski d’entraînement en France ne fonctionne pas, et donc, après de nombreuses réparations, décide de ne plus y toucher dès le mois de mai et s’entraîne uniquement physiquement. Pour dire la vérité, il a navigué 3 fois avec son SXR 800 d’origine, celui qu’il loue pour les stage de pilotage. Il s’aligne quand même en Pro, mais ne sachant pas ce qu’il vaut face aux nouveaux talents, qui ont alors 10 ans de moins que lui mais aussi face à ses concurrents de toujours.

Les manches sont magnifiques, Steven fait 3 mauvais départs sur 4. Et pourtant… il remporte le titre mondial haut la main. Il n’y a qu’a voir les vidéos de cette magnifique course, le pilotage est superbe, la victoire incontestable.

Steven participe aussi à la King’s Cup en Thaïlande et gagne une nouvelle fois le titre face à des pilotes de taille.

 

En 2012, alors qu’il avait annoncé en 2011 après Havasu que c’était sa dernière participation, son team XBJ Racing lui demande de participer encore une dernière fois au mondial 2012. Tous les pilotes du monde se préparent comme il se doit. Steven prépare cette course 4 mois avant. Malgré un plateau de champions, un niveau extrêmement élevé cette année avec les meilleurs pilotes du monde, les machines plus évoluées, l’enjeu est de taille. Mais, avec beaucoup d’ennui mécaniques qui ne le rendait pas favori dès les qualifications, il parvient à se battre à chaque manche pour s’emparer une nouvelle fois du titre de champion du monde 2012, avec de belles remontées, lors de la dernière epreuve devant le légendaire Motzouris. Une victoire qui confirme le titre acquis en 2011 et ceux auparavant, qui ne fait que renforcer sa suprématie dans le sport du Jetski stand up dans le monde.

Il confirme aussi son titre remporté en 2001 à la King’s Cup en Thailande en décembre 2012, devant les plus gros concurrents du moments et les légendes (Macclugage, Motzouris, Reiterer, Takenoshita, Kurahashi…)
Des victoires qui affirment qu’il est le pilote imbattable des années 2000 sur tous les plateaux du monde.

 

 

« Pour conclure mon parcours, je tiens à préciser que tous mes titres, je les ai remporté dans la catégorie reine : en pro. De plus, je pense qu’il est tant de pouvoir dire que peu de personnes on une carrière similaire à la mienne ou celle de grands pilotes avec lesquels j’ai eu la chance de pouvoir courir.

Je n’ai pas citer tous les noms des personnes qui m’ont aidé et pourtant elles ont beaucoup compté pour moi et je ne les oublie pas, même le concessionnaire qui m’a conseillé le FX1 … C’est peut être grâce a lui que je me suis fait repérer aussi rapidement.

Je remercie aussi mes parents qui m’ont soutenu considérablement et qui m’ont permis de réaliser mes rêves, même les plus improbables, et j’espère le leur avoir bien rendu.

Je peux aujourd’hui dire que je suis le 2e pilote le plus titré de l’histoire du jetski stand up en pro, derrière Jeff Jacobs, et le meilleur pilote des années 2000, car personne n’a remporté autant de courses et de titres que moi depuis ces 10 dernières années.

Beaucoup m’ont critiqué d’être trop discret, de ne pas répondre aux attaques… Pour moi, ma seule réponse à tout ça, ce sont mes titres et la manière dont je les ai gagnés. »